« Un jour, nous pourrons montrer du doigt un lieu et dire, c’est la Maison de la Paix de Montréal », lance Brian Bronfman, le co-fondateur du Réseau des donateurs pour la paix (RDP). Depuis quelques mois, le philanthrope et son équipe travaillent sur un projet d’envergure qui devrait voir le jour en 2018 si tout va bien ; au plus tard en 2019.

La Maison de la Paix de Montréal sera le centre névralgique où les principaux organismes qui œuvrent à la promotion de la paix action et à l’harmonie sociale seront réunis sous un même toit.

Le concept est assez simple : un édifice de Montréal sera transformé pour accueillir les travailleurs communautaires, les entrepreneurs sociaux, les chercheurs universitaires, les acteurs philanthropiques, corporatifs et institutionnels qui soutiennent le domaine de la paix. Cet édifice n’a pas encore été déterminé, bien que le RDP en a un dans l’œil. Des négociations sont en cours pour évaluer la faisabilité du projet.

Brian Bronfman, son collègue Dino Grifo, et le consultant en design Adolf Anthony ont déjà visité quelques lieux et il ne fait aucun doute dans leur esprit que la Maison de la Paix de Montréal verra le jour éminemment. Cet édifice est déterminant pour concrétiser le projet. Des dizaines d’organismes qui travaillent sur les enjeux de paix pourront non seulement y déménager, mais ce lieu permettra de créer une synergie et des opportunités de collaboration, d’apprentissage et de mise en commun des savoirs et des expertises. Des locaux en commun de même que des services professionnels pourront être partagés pour leur permettre de louer des espaces de travail à moindre coût.

« Cette Maison permettra de renforcer l’image et le rôle de Montréal comme Ville de la paix », s’emballe M. Bronfman. La métropole a vu naître diverses initiatives pour favoriser l’harmonie sociale au cours des dernières années. Depuis 2005, la Ville commémore notamment la Journée internationale de la Paix qui se tient le 21 septembre. Le Réseau des donateurs pour la paix et ses partenaires aident d’ailleurs à l’organisation de diverses activités pour souligner l’événement. Tout au long de l’année, le Collège Dawson organise divers évènements à son Centre pour la paix tout comme le Musée des Beaux-Arts de Montréal qui a ouvert le Pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein en 2016.

Montréal compte également bon nombre d’organismes communautaires tels que le Réseau Outils de paix et le Collectif 21septembre dont leur mission est la promotion de la paix. La création de la Maison de la Paix permettra donc à ces organismes de mettre leurs efforts en commun, en plus de bénéficier éventuellement de la mise sur pied d’un centre de recherche universitaire sur les questions liées à la paix et à la médiation.

« Ce que nous voulons est vraiment de faire le pont entre tous les acteurs qui travaillent sur les enjeux de paix dans la métropole pour faciliter la mise en place de la théorie à la pratique », précise M. Bronfman en s’empressant d’ajouter qu’il est convaincu que les acteurs de paix de Montréal sauront innover pour trouver de nouveaux moyens d’atteindre l’harmonie sociale non seulement à Montréal, mais aussi ailleurs au pays et dans le monde.