Brian Bronfman

Dans une salle bondée, Brian Bronfman pourrait facilement passer inaperçu. Le philanthrope dans la cinquantaine n’est pas très bruyant ni extravagant. Spécialiste de la résolution de conflit et de la médiation sociale, il est à l’image de sa passion : discret, posé et à l’écoute.

À chaque fois qu’on l’approche pour lui demander conseil ou encore pour proposer une idée, il prend le temps de réfléchir et d’analyser le potentiel. Et des projets, il s’en fait proposer plus d’un par année; surtout depuis qu’il a créé la fondation de la famille Brian Bronfman pour le développement de la paix et la résolution de conflit en 2006.

« Je cherche toujours à appuyer des projets concrets qui vont avoir un impact direct dans la vie et qui vont améliorer les relations humaines », lance-t-il avec enthousiasme. « Mais le travail que je peux faire avec ma fondation est limité, alors avec le Réseau des donateurs, on est en mesure de mener des projets de plus grande ampleur pour aider à promouvoir la paix en action. »

Depuis 2009, sa femme Marcia et lui ont même décidé de consacrer une grande partie de leur temps au Réseau des donateurs qui mène différents projets pour la promotion de la paix, la diversité et l’inclusion et la prévention de la violence et de l’intimidation.

« Notre objectif est de promouvoir la paix basée sur les relations interpersonnelles et celles entre les communautés et non, la paix entre les États. C’est ici qu’on veut être engagé et faire une différence », note-t-il. « En mettant nos forces en commun, il est beaucoup plus facile d’agir sur le front et d’obtenir des résultats concrets », ajoute-t-il en précisant que le Réseau rallie à la fois des fondations philanthropiques, des acteurs institutionnels et des corporations.

Les dernières années ont d’ailleurs principalement servi à défricher le terrain, à faire connaître le Réseau et à convaincre les principaux acteurs du milieu à s’unir pour la paix. « J’ai commencé avec mes contacts personnels et professionnels, mais il y avait toute une crédibilité à bâtir et un message fort à mettre de l’avant », se souvient M. Bronfman. « Il est difficile d’être contre la paix, mais concrètement, comment peut-on agir? Comment peut-on assurer un climat non-violent? Comment peut-on maintenir des relations saines? Ce n’est pas si évident et c’est tout un travail de faire comprendre les outils de promotion de paix. »

Entre deux réunions avec des membres du Réseau et ses partenaires, Brian Bronfman se fait donc un devoir d’être disponible pour différents organismes communautaires ou autres qui ont besoin de conseils en médiation, en communication non-violence ou encore pour faciliter le dialogue. Il a été et est membre de plusieurs conseils d’administration et comités, dont : Ensemble pour le respect de la diversité, YMCA : Médailles de la paix, Leave Out Violence (LOVE) et l’Alliance i-Canada pour la paix.

« C’est important pour moi d’être utile quand je le peux et de pouvoir redonner ce que j’ai reçu », dit-il. « Mon père Edward, qui a fait fortune dans les affaires, a été un grand modèle dans ma vie. Peu importe, son statut social, il parlait à tout le monde, prenait le temps de saluer tous ceux sur son passage et de les écouter. »

Malgré un horaire bien chargé, ce bâtisseur de paix trouve toujours un trou dans son agenda quand il le faut. « Tout le monde est capable de trouver une heure ou deux pour une cause qui lui tient à cœur », lâche-t-il tout sourire.

Le reste du temps, cet homme de conviction en profite pour sauter sur son vélo pendant l’été ou encore, pour dévaler une pente de ski pendant l’hiver.

« J’ai toujours besoin de bouger, que ça bouge autour de moi et de faire bouger les choses pour créer un monde plus pacifique et harmonieux. »