Marcia Wetherup

Il y a toujours mille et une idées qui germent dans la tête de Marcia Wetherup. Cette femme dynamique et pleine d’entrain est toujours en train de penser à un projet qui peut faire une différence concrète dans sa communauté.

« Quand je regarde autour de moi, je ne peux m’empêcher de penser à ce qu’on pourrait faire pour améliorer la situation, assurer des relations harmonieuses et promouvoir la paix », lâche-t-elle avec un immense sourire. « C’est vrai qu’on est chanceux de vivre à Montréal, mais il y a toujours à faire pour lutter contre la violence et vivre dans un climat pacifique », ajoute-t-elle.

Dans la vie privée comme dans la vie professionnelle, Marcia Wetherup fait équipe avec son mari Brian Bronfman. Ensemble, ils ont confondé la Fondation de la famille Brian Bronfman en 2006, puis le Réseau des donateurs pour la paix en 2009.

« Brian s’occupe beaucoup des relations publiques. C’est souvent lui qui va rencontrer nos partenaires, les entreprises et qui assiste aux évènements. Moi, je suis celle qui voit plus au marketing et aux communications de nos activités dont nos symposiums et nos forums qui demandent énormément d’organisation. On a chacun nos expertises pour être plus efficace, mais je me tiens un peu plus dans l’ombre », mentionne-t-elle.

Bien qu’elle ne soit pas sous les projecteurs, Marcia Wetherup en déplace de l’air pour arriver à ses fins. Débordante d’énergie, elle est toujours prête à débattre de la pertinence d’un projet en lien avec les valeurs tant de sa fondation que celles du Réseau des donateurs pour la paix qui œuvre principalement à la promotion de la paix, de la diversité, et de la prévention de la violence et de l’intimidation.

Diplômée en psychologie et en criminologie, cette philanthrope reconnaît qu’elle accorde une attention particulière aux différents projets de prévention. « Je suis convaincue qu’il faut œuvrer auprès des enfants et des adolescents pour créer une société plus pacifique et harmonieuse. En leur transmettant des valeurs universelles des droits de l’Homme, les prochaines générations seront mieux outillées pour mettre fin aux conflits et aux violences toujours présentes dans notre société. »

La dernière année, elle a d’ailleurs consacré une grande partie de son temps à la lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles, et l’impact sur les enfants. En plus d’avoir organisé un Forum avec les autres membres du Réseau des donateurs, elle a assisté à d’autres conférences à Toronto et ailleurs au Canada.

Mère d’une jeune adolescente, elle est d’autant plus sensible à la cause. « Nos jeunes ont tous besoin de vivre dans des milieux sains. Nous avons la responsabilité d’œuvrer dès maintenant à créer un des environnements plus harmonieux. C’est ici que nous pouvons agir et où l’on peut mener des projets, comme on aime dire, de paix en action! »