Le Réseau des donateurs pour la paix (RDP) a lancé officiellement les festivités de la Journée internationale de la paix le 21 septembre dernier, à l’hôtel de ville de Montréal, en présence du maire Denis Coderre, du maire de l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro Jim Beis et de nombreux dignitaires.

Le cofondateur du Réseau, Dino Grifo, a animé la cérémonie pendant laquelle un dîner a été offert. Il a expliqué la mission du Réseau des donateurs qui vise à développer des projets dans le but de faire de la paix un domaine philanthropique mieux défini, orienté vers la pratique et reconnu comme un secteur d’intérêt à recevoir des dons. Le Réseau compte à ce jour près d’une vingtaine de fondations philanthropiques, d’acteurs institutionnels et de membres corporatifs qui travaillent de concert afin de développer et de soutenir des initiatives qui favorisent la paix et l’harmonie sociale.

« Lorsqu’on a lancé le Réseau en 2009, nous voulions rassembler des acteurs majeurs au Québec pour mener des projets de plus grande envergure que nous pourrions mener individuellement et surtout, pour avoir un impact concret dans la société », a mentionné M. Grifo.

Le second cofondateur, Brian Bronfman, a aussi pris la parole pour rappeler que Montréal peut être un exemple dans le monde pour promouvoir la diversité, l’inclusion, la non-violence et pour s’engager à créer une société harmonieuse.

« Les valeurs que nous partageons et que nous célébrons doivent être développées aussi par ses citoyens qui mènent des actions quotidiennes et doivent être maintenues par ses organisations et institutions qui sont au cœur de son fonctionnement », a indiqué M. Bronfman.

Le Réseau a aussi profité de l’occasion pour présenter son nouveau site Internet « Montréal paix en action » qui mettra en valeur les projets du Réseau, mais aussi les bâtisseurs et les initiatives de paix.

Lors de la cérémonie du 21 septembre, il a notamment permis à Tara Wilkie et Sophie Langri de présenter leur approche d’apprentissage socio-émotionnel. Le Réseau des donateurs adhère à cette approche pour mener ses projets, mais il n’est pas le seul : même le dalaï-lama s’y intéresse! Mme Wilkie et Mme Langri s’envoleront en Inde pour lui présenter cet automne.