Dans le cadre de la Journée de la paix, Pax et le Réseau des donateurs pour la paix ont organisé un premier Festival de films pour la paix. Du 22 au 24 septembre, trois projections minutieusement choisies ont été présentées gratuitement au grand public.

Le film « This is my Land » de Tamara Erde a d’abord été présenté le vendredi soir. Le public a été appelé à se demander s’il était possible de faire évoluer le conflit israélo-palestinien grâce au système éducatif. Ce film observait la manière dont on enseigne l’histoire dans les écoles en Israël et en Palestine.

Le deuxième film à l’affiche était « Waseskun » de Steve Patry. Les spectateurs sont entrés dans un centre de soin autochtone où l’inclusion de la spiritualité et la médecine traditionnelle sont au cœur du processus thérapeutique. À Waseskun, la guérison ne passe pas par l’effacement du passé, mais bien par la réappropriation de l’identité et la culture ancestrale.

Le dernier film était « D’une seule voix » de Xavier de Lauzanne. Pendant la soirée, le public a suivi la tournée d’un orchestre composé d’Israéliens et Palestiniens, juifs, chrétiens et musulmans. Ces musiciens ont été réunis en France où ils ont appris, bien malgré eux, à se connaître et à outrepasser les divisions politiques.

Ce film a été suivi d’une performance musicale de Henri Oppenheim et d’un confrère, qui ont joué des pièces musicales inspirées du thème de la paix, mais qui ont surtout animé le public avec des pièces de klezmer, la traditionnelle musique juive de l’Europe centrale et de l’Est.